Tout sur le Festival Afropolitain Nomade. Acte 8 à Douala

Article : Tout sur le Festival Afropolitain Nomade. Acte 8 à Douala
Crédit: @lIzzie_loud
7 juillet 2022

Tout sur le Festival Afropolitain Nomade. Acte 8 à Douala

Les 24 et 25 juin derniers, j’ai eu l’immense plaisir de participer au Festival Afropolitain Nomade. Pour sa huitième édition et son dixième anniversaire, le festival était de retour à Douala, là où tout a commencé. Danse, musique, arts plastiques et différentes autres disciplines culturelles étaient à l’honneur. J’avoue que bien qu’étant très emballée à l’idée de participer à mon premier festival en tant que mondoblogeuse, j’étais très mitigéeà la découverte de l’affiche de la scène musicale, qui demeure la scène phare de l’évènement. Pour cause, la musique « Afrofusion » comme je l’appelle, c’est à dire musique africaine avec des sonorités « plus occidentales », ce n’est pas vraiment mon kiff. Alors c’est non sans appréhension que j’ai décidé de me laisser aller pour partir à la découverte…

Découverte timide

Le premier jour du Festival Afropolitain Nomade, c’était le vendredi 24 Juin 2022, je m’étais portée volontaire pour l’événement, car il y avait une rencontre entre mondoblogueur.euse.s de RFI. Comme à mon habitude, en grande timide (et pourtant grande gueule que je suis), j’ai « skip » la rencontre. Il y avait très clairement beaucoup trop de nouvelles personnes à rencontrer d’un coup – en plus dans le groupe à cet effet, très souvent on me laissait en lu -. Donc je suis entrée directement dans le « grand » vif du sujet en me rendant directement sur le lieu du Festival avec des amis. C’était alors la « scène danse » qui était ouverte, avec des battles de Popping et Break Dance.

Scène Popping sur la scène du FAN 2022 ( Crédit Image: Lizzie Loud)

J’étais assez loin de la scène mais cette partie porte bien son nom : « Découverte timide ». Je n’étais d’ailleurs même pas assez attentive pour entendre le nom des vainqueurs de la battle. Mais toute mon attention a été captivé par une entrée au combien fracassante du groupe de danse la Fokamaise. Le rythme, l’énergie, la créativité, j’étais subjuguée par ces personnes qui dansaient en symbiose en communicant tant de joie et de chaleur, mention spéciale aux musiciens qui les ont accompagné.

Extrait du passage du groupe La Fokamaise sur la scène du FAN 2022 (Crédit Image: Lizzie Loud)

Après cette magnifique prestation de ces danseurs ô combien toniques, la scène musicale s’est ouverte avec une prestation aussi énergique : la très talentueuse Flora HOUANG a ouvert le bal avec un show à « l’afropolitaine ».

« Je suis nomade, nous sommes nomades »

Pour le second jour du festival, je me suis décidée à rejoindre les autres mondoblogueurs sur le lieu qu’ils appelaient « la maison des artistes ». Beaucoup d’appréhensions donc pour pas grand chose puisque je suis arrivée en plein milieu d’un débat sur la France – Afrique. Avec un artiste – que je n’avais pas vu prester la veille parce qu’être festivalier, c’est fatiguant – en « maitre de conférence ». Son look et ses paroles lors du « débat » m’ont interloqués. J’ai voulu savoir qui c’était et j’ai découvert Aldo Guizmo et sa musique, ce n’était donc pas qu’un homme aux dreads super longs et discours engagés. C’est aussi un très bon artiste de musique urbaine avec une voix que j’ai trouvée très apaisante.

Le soir au festival, j’ai eu du renfort de ma team « pétrochimistes » en plus des amis de la veille. On était en avance alors on en a profité pour se régaler avec des grillades et les très emblématiques BHB. On s’est intéressés à des hommes habillés de façon très particulière… le festival c’était aussi l’occasion pour certains d’exprimer leur créativité à travers la mode ! Puis la scène s’est ouverte avec le groupe de danse Aquaya Move, qui nous a émerveillé.

Extrait du passage du groupe Aquaya Move sur la scène du FAN 2022 (Crédit Image: Lizzie Loud)

L’heure du show

Ensuite la scène musicale a pris les rennes avec les prestations de La pie d’or du Congo, suivi de celle des sourcières, groupe formé de talents féminins de divers horizons, dont Daniel EOG du Cameroun. Enfin Stéphane AKAM, est apparu sur la scène. J’étais amusée de voir à quel point ma culture musicale était si « pauvre ». Je ne connaissais aucun artiste jusque là, mais quelqu’un m’a chuchoté « lui il va mettre le show ». Comme un signe, il a débuté avec un solo de basse digne d’une rock star et a enchainé par la suite avec du bend skin et du bikutsi, avant de chanter l’amour avec sa chanson « Chanceline ». Ahah on n’appréciait pas vraiment le choix de ce prénom et on en riait au départ, pour finir par crier. Ô Chanceline, je t’aime!

A la suite de Stéphane AKAM, mes cordes vocales en avait pris un coup, mais c’était le dernier jour du festival, la bonne musique et les amis, il fallait en profiter. Donc j’ai rassemblé toute mon énergie pour ce qui fut la dernière découverte du festival pour moi : le groupe haïtien Rara Soleil venu du Canada. Grâce au groupe Kassav’, la musique des îles, ça me connait ! Donc j’avais hâte de voir ce que ça donnerait… Le moins que je puis dire est que le show était incroyable, j’en ai encore des frissons. Au delà des artistes, il y avait les DJs qui nous ont offert une expérience hors du commun. Aucun de nous ne voulait que le festival se termine à ce moment.

Mondoblog et moi

J’ai beaucoup parlé de la musique et de la danse, en mentionnant que très peu les expériences humaines et sociales vécues. En ayant mis finalement ma « phobie » des gens de côté, j’ai eu à rencontrer des blogueurs et blogueuses (mondo ou non). En passant du temps avec eux, notamment lors des formations animées par René NKOWA et William FOTSO, j’ai découvert bien au delà des billets, des mails et autres publications habituelles, des personnes passionnées et très ouvertes. Ils m’ont accueilli comme étant l’une des leurs. Ce fut une magnifique expérience, j’ai hâte d’être à la prochaine rencontre Mondoblog !

Mondoblogueurs et Mondoblogueuses présents lors du Festival Afropolitain Nomade Acte 8.
Quelques Mondoblogueurs présents au Festival (Crédit photo: RFI Mondoblog)

Comme on dit chez nous au Cameroun, le Festival Afropolitain Nomade a fait fort pour son 10ème anniversaire et son grand retour en terre Camerounaise. J’espère simplement que la prochaine édition ici ne prendra pas autant de temps pour se produire !

Partagez

Commentaires

Cristal
Répondre

Super article!

Lizzie_Loud
Répondre

Merci beaucoup :)