Africaine et Féministe.

Article : Africaine et Féministe.
Crédit: pexels-pavel-danilyuk
21 juillet 2022

Africaine et Féministe.

De manière globale, le féminisme peut être considéré comme un mouvement visant à mettre fin au sexisme, à l’exploitation et à l’oppression sexistes et à réaliser la pleine égalité de genre en droit et en pratique. Trouver le meilleur angle pour parler de féminisme quand on est une femme africaine « d’Afrique » n’est pas chose aisée. Un mâle dominateur se dit que c’est une pensée occidentale venue pervertir les femmes africaines « si parfaites » qui osent aujourd’hui, je cite « se prendre pour des hommes ». Mon avis sur l’avortement avait divisé même des femmes. Suis-je donc partisane de tout ce qui mène à une sorte de décadence morale et atteinte aux bonnes mœurs?

Pourquoi le féminisme?

Pour moi, il est presqu’irréel d’être une femme et ne pas être féministe – du moins un minimum. Très tôt la différence entre l’éducation des garçons et celle des filles est pourtant frappante. Je me souviens encore du nombre de choses que je ne pouvais pas me permettre de faire par rapport à mon frère. Toutes ces choses qui donnent l’impression à certaines d’être mal aimé.

Et tout le monde s’en fout #32 – Le féminisme

Toutes ces choses ont forgé mes pensées, résultant parfois sur quelques frustrations. Puis un jour, je me suis demandée pourquoi je devrais être celle qui accepte de vivre dans la crainte. Est-ce toujours à moi de faire des efforts pour m’adapter aux hommes? Pourquoi auraient-ils plus de droits que moi?

J’ai pourtant eu du mal à m’affirmer et à faire entendre ma voix. Une fille qui pense par elle-même et pour elle-même? La plupart des gens ne sont pas prêts. D’ailleurs aujourd’hui encore, certaines personnes le démontrent à l’envi, en essayant systématiquement de me “contredire”. En estimant que c’est un combat puéril de femmes aigries et frustrées. Qui finiront sans doute seules parce que, de toute façon, « qui voudrait d’une femme dite insoumise? ».

Les femmes dans la société africaine

Je le redis encore je suis une africaine d’Afrique. Je ne connais que trop bien mon environnement surtout en ce qui concerne les “droits” des unes et des autres. Dans nos sociétés, l’homme c’est le « Chef », c’est lui qui a le monopole de tout. Celui du savoir, de la force, de la trasherie*. Tout lui est dû. La femme quant à elle a surtout des devoirs. Elle doit savoir être docile, maniérée, faible, fragile, toujours prête à se sacrifier au nom de la famille. On dira c’est elle l’ombre qui doit absolument donner plus d’éclat à la lumière. Ne disent-ils pas que derrière un grand homme se cache une grande femme? Grande est la femme qui sait donc supporter, vivre le martyr en feignant d’être heureuse.

Armağan Başaran / Pexels CC

La place de la femme est donc secondaire. La société ne laisse pas beaucoup de place à la femme, surtout celle qui s’affirme et revendique le peu de droits qu’on veut bien lui accorder. La preuve, la valeur d’une femme se résume encore à sa capacité à être épousée et fonder une famille. Elle n’a pas besoin d’être éduquée et indépendante, d’ailleurs les chiffres sur la non scolarisation des jeunes filles et de mariages arrangés, en sont des exemples palpables. Les hommes ont sans doute peur que leur masculinité s’amenuise au point de disparaître si les femmes s’émancipent.

La féministe que je suis.

Contrairement aux idées reçues, le féminisme n’est pas la guerre aux hommes mais au patriarcat. Ce courant de pensée dont les hommes ont tant de mal à se défaire. Car crois le ou non, des hommes féministes, ça existe. Je ne parle pas de ceux qui le sont quand il faut faire 50/50 pour les factures mais moins quand la jupe est au dessus des genoux, non. Je parle bien d’hommes qui comprennent qu’on souhaite juste un meilleur traitement.

Nappy CC

Pour ma part, mon éducation fait qu’il y a des combats que je ne mènerai probablement jamais. Parce que grandir et vivre en Afrique a tout de même déteint sur moi. Pourtant mon féminisme est peut-être ce qui me caractérise le mieux. Non, être féministe, ce n’est pas être essayer d’être un homme. C’est être femme aux multiples talents, qui exprime et vit ces derniers sans se soucier de son genre. Prendre les décisions pour elle et pas pour se conformer à la société qui semble la forcer au silence. En ce qui me concerne, Je suis une femme et bien plus encore. Je sais ce que je mérite et je n’en attendrai jamais moins de la vie !

*Trasherie: actes inappropiés.

Partagez

Commentaires

KEUTCHA
Répondre

Femme sans condition

Lizzie_Loud
Répondre

C'est tout ce qu'on est.

Quelqu'un
Répondre

Bien. Bel article.
Mais ne confondons pas ce que la société aujourd'hui nous vend avec la vraie définition (définition biblique) d'être soumise. La soumission ce n'est pas de l'esclavage comme vous le dites et pensez pour la plupart tout haut.
Tu te bats pour l'égalité ou pour l'équité ? Question. Le féminisme et en Afrique surtout, c'est la guerre aux hommes, dans la majorité des cas ( c'est vrai qu'avec des hommes encore à l'ère médiévale ça rend la chose compliqué), mais c'est ce qui se vit aujourd'hui dans notre société. Les femmes se battent plus pour tenir tête aux hommes que pour défendre leurs droits. Je ne refuse pas le point sur lequel les hommes en Afrique prennent mal le FEMINISME que nous vendent nos filles. Mais la majorité d'entre elles ne savent même pas ce qu'elles devraient attendre d'elles-mêmes ou quels devraient être leurs devoirs dans un foyer par exemple. Malgré le fait que le sexisme soit le premier grand problème, surtout du côté des hommes qui acceptent mal de recevoir des ordres d'une supérieure par exemple, de nombreuses femmes n'acceptent pas le fait que l'homme soit le chef de famille dans tout ce que Dieu lui a donné comme droits et surtout comme devoirs envers cette dernière.
Mais après tout, nous sommes tous humains, et nous avons tous des sentiments, personne n'est mieux préparé à subir des injustices, mais chacun a un rôle que nous devons être capable d'adapter à la société d'aujourd'hui sans en disloquer les bases pour autant.
Une femme dans son rôle premier s'occupe de sa famille et de sa maison, mais un homme doit comprendre que sa femme n'aura pas toujours la possibilité de lui faire à manger comme il le voudrait à cause de ses restrictions au travail.
Les femmes peuvent être ministres ou chefs d'entreprises comme des hommes, mais il est plus difficile pour un femme d'être chargeuse de camion que pour un homme, ce que certaines sont prêtes à réclamer à la limite. Restons concentrés sur les combats à mener.

Lizzie_Loud
Répondre

Tu dis des choses et leur contraires, je l'ai dit dans mon article, je suis pour l'équité. Les injustices dérangent tout le monde sauf quand c'est nous qui les commettons. EN lisant tes écrits, je m'en rends bien compte. Une femme dans sa qualité première en Afrique, c'est s'occuper de ses enfants et de sa famille et même là tu as tout faux. Un homme a aussi cela comme qualité première bien qu'il le fasse différemment. "Comprendre que ta femme ne puisse faire à manger" mdr dès lors que tu estimes que ta femme tout comme toi doit sortir de la maison pour rapporter de l'argent comme toi, tu te dois de pouvoir toi même te faire à manger sans que personne n'ait à intervenir. L4égalité ne doit pas être que dans le sens qui te convient. Si tu veux une femme comme dans la bible, comporte toi comme les hommes de la bible, auquel cas, ce que tu sembles dire n'a pas grande valeur.

Une femme peut tout aussi "décharger" des camions, il suffit qu'elle le veuille. Il existe des femmes qui possèdent une force physique qui dépasse ton entendement. Ne prends pas le bout de ton nez pour la limite du ciel.

Sur ce, merci.